Nouveautés pour les Reins: SDMA et SUB

INSUFFISANCE RENALE :insuffisance_renale

Les reins sont deux organes situés dans la cavité abdominale et dont le rôle principal est la détoxification et l’élimination des déchets azotés par l’urine. Ils jouent également un rôle dans la régularisation de la pression artérielle et dans l’homéostasie (maintien de l’équilibre ionique dans le sang). Enfin, ils sécrètent une hormone appelée érythropoïétine nécessaire au renouvellement des globules rouges.   

Avec l’âge, les reins peuvent subir des altérations et devenir défaillants. On estime que lorsque les symptômes d’insuffisance rénale apparaissent, les 3/4 des reins ne sont déjà plus fonctionnels ! On parle d’insuffisance rénale chronique.

Un chat sur trois et un chien sur dix développeront une forme de maladie rénale. C’est malheureusement une cause courante de mortalité chez l’animal âgé.    

  • Symptômes  

Les symptômes d’insuffisance rénale chronique apparaissent de façon progressive. On observe généralement un amaigrissement, une perte d’appétit, une augmentation de la prise de boisson et des mictions (appelée polyuropolydipsie), un abattement, des troubles digestifs (vomissements, diarrhée). L’insuffisance rénale peut entraîner une hypertension artérielle pouvant elle-même générer des lésions ophtalmologiques ou des troubles cardiaques. Des troubles de la coagulation (saignements), et une fatigabilité musculaire peuvent également survenir. Lorsque l’insuffisance rénale est avancée, il y a souvent chez le chat et parfois chez le chien une anémie concomitante.

  • Diagnostic                                                      image reins                           

Après avoir examiné l’animal, le vétérinaire confirme le diagnostic d’insuffisance rénale grâce à des analyses de sang qui permettent de mettre en évidence une augmentation des taux d’urée et de créatinine sanguines.   D’autres anomalies sanguines sont très souvent observées comme une augmentation du phosphore, une anémie… Suite à ces analyses, d’autres examens complémentaires peuvent être nécessaires, tels qu’analyses d’urine, échographie, prise de la tension artérielle. Tous ces examens permettront de connaître l’ampleur des lésions, d’adapter le traitement et de donner un pronostic.  

Nouveauté pour le diagnostic de l’insuffisance rénale : SDMA

chat infirmierDepuis peu, nous disposons d’un moyen de diagnostic encore plus précoce : la SDMA.

Il s’agit d’un biomarqueur plus sensible que la créatinine pour l’évaluation de la fonction rénale qui permet de diagnostiquer la maladie avant l’apparition de signes cliniques et de lésions rénales significatives et souvent irréversibles. La SDMA nous indique une perte de la fonction rénale à 40% alors que la créatinine n’augmente qu’à 75% de la perte de cette dernière.

L’identification plus précoce de la maladie rénale ouvre la voie à de nouveaux traitements qui peuvent prolonger la vie. 

  • Traitement   

Lorsqu’un chien ou un chat est en “crise urémique” (augmentation soudaine et très marquée de l’urée), le vétérinaire recommande généralement son hospitalisation et sa mise sous perfusion.   Une insuffisance rénale chronique nécessite un traitement au long cours, qui repose en partie sur des mesures hygiéniques, notamment sur l’utilisation d’une alimentation ciblée. Une alimentation spécifique est en effet indispensable : elle permettra de préserver la fonction rénale au maximum. Des traitements par voie orale seront également souvent nécessaires, notamment en cas d’anémie ou d’hyperphosphorémie.    

Comme pour les pathologies cardiaques, plus le diagnostic d’insuffisance rénale est établi précocement, meilleur sera le pronostic. La meilleure solution est de faire réaliser un dépistage régulier de cette maladie grâce à des analyses de sang chez votre vétérinaire. Selon l’âge de votre animal, ce dépistage peut se faire une à deux fois par an, voire davantage pour les chiens et les chats prédisposés.  

Cas particulier d’insuffisance rénale : Obstruction urétérale – SUB

Les uretères sont les « tuyaux » d’évacuation des urines des reins vers la vessie. Parfois, ils peuvent se boucher par la présence d’un petit calcul ; on parle d’obstruction urétérale. Cette dernière provoque une insuffisance rénale aïgue et peut entrainer des lésions irréversibles sur les reins entrainant alors une insuffisance rénale chronique.

Le diagnostic se fait par échographie et radiographie abdominale.

Un traitement médical est mis en place en première intention pour lever l’obstruction. Il consiste à corriger les troubles électrolytiques, gérer la douleur et forcer le passage du calcul. Dans la grande majorité des cas, les calculs urétéraux sont des oxalates de calcium et ne peuvent pas être dissous.

Si l’obstruction urétérale ne peut pas être levée par un traitement médical, un traitement chirurgical doit être mis en place.

Nouvelle technique chirurgicale pour l’obstruction urétérale: SUB (subcutaneous ureteral ByPass)radiographie SUB

Il s’agit d’un dispositif de dérivation urétérale permettant de réaliser une communication artificielle entre le rein et la vessie, avec un passage sous-cutané. Il permet de restaurer rapidement la perméabilité des voies urinaires.

Cette nouvelle technique est actuellement la technique chirurgicale de choix pour lever l’obstruction urétérale.

La clinique vétérinaire Mazetier s’est formée pour pouvoir offrir ce nouveau dispositif à ses patients !

 

#sdma #insuffisanrerenale #sub #cliniquemazetier